Enquête de l’UE sur la protection des mineurs menée par Meta

0
(0)
La Commission européenne a récemment décidé d’ouvrir une enquête formelle sur Meta, la société propriétaire des réseaux sociaux Facebook et Instagram, afin de déterminer si elle a enfreint la loi sur les services numériques en matière de protection des mineurs. Cette décision fait suite à des préoccupations croissantes concernant les effets addictifs des algorithmes de Meta sur les enfants, ainsi que le manque de vérification de l’âge des utilisateurs.

En effet, la Commission craint que les plateformes de Facebook et d’Instagram ne contribuent à la création de dépendances comportementales chez les enfants, et qu’elles puissent potentiellement entraîner des effets de “terrier de lapin”, c’est-à-dire une spirale addictive difficile à briser. Cette enquête s’inscrit dans le cadre d’une analyse approfondie des rapports de Meta, qui a été initiée suite à une procédure ouverte en avril 2024 concernant la publicité trompeuse, le contenu politique et d’autres questions liées à Facebook et Instagram.

Selon Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de la Commission européenne chargée de la politique numérique, il est essentiel de protéger les enfants et les adolescents des risques liés à l’utilisation des réseaux sociaux. “Nous devons nous assurer que les plateformes en ligne respectent les règles en matière de protection des mineurs et prennent des mesures adéquates pour limiter les risques d’addiction et de préjudices pour les jeunes utilisateurs”, a-t-elle déclaré.

Meta a réagi à cette enquête en affirmant qu’elle coopérera pleinement avec les autorités européennes et qu’elle prend au sérieux les préoccupations soulevées. La société a également souligné qu’elle a récemment mis en place de nouvelles mesures pour renforcer la protection des mineurs sur ses plateformes, telles que des contrôles d’âge plus stricts et des outils de contrôle parental améliorés.

Cette enquête de la Commission européenne souligne l’importance croissante de la régulation des géants de la technologie, et met en lumière les défis posés par les plateformes numériques en matière de protection des mineurs. Il reste à voir quelles seront les conclusions de cette enquête et quelles mesures seront prises pour garantir la sécurité et le bien-être des jeunes utilisateurs de Facebook et Instagram.


Notez cet article de 1 à 5 étoile(s).

Note moyenne 0 sur 5. Nombre de notes enregistrées : 0 !

Aucune note pour le moment. Soyez le 1er à noter cette page :)

En savoir plus sur cette actualité ?

Questions les plus fréquemment posées sur cette actualité.

Quelle est l’enquête formelle ouverte par la Commission européenne concernant Meta, propriétaire de Facebook et Instagram ?

La Commission européenne a ouvert une enquête formelle sur Meta (anciennement Facebook) concernant des préoccupations liées à la collecte et à l’utilisation de données des utilisateurs sur les plateformes Facebook et Instagram, ainsi que sur la manière dont ces données pourraient être utilisées à des fins publicitaires.

Quelles sont les préoccupations de la Commission européenne concernant les effets addictifs des algorithmes de Meta sur les enfants ?

La Commission européenne est préoccupée par les effets addictifs des algorithmes de Meta sur les enfants, notamment en ce qui concerne leur utilisation excessive des réseaux sociaux et des jeux en ligne. Ces algorithmes sont conçus pour maximiser l’engagement des utilisateurs en leur montrant du contenu personnalisé qui les incite à rester connectés le plus longtemps possible. Cela peut entraîner une dépendance chez les enfants, qui passent de plus en plus de temps en ligne au détriment de leur bien-être et de leur développement social, émotionnel et cognitif. La Commission européenne cherche à réguler ces pratiques pour protéger les enfants et garantir un environnement en ligne plus sûr et sain pour tous.

Qu’est-ce que la Commission européenne craint concernant les plateformes de Facebook et d’Instagram en relation avec les enfants ?

La Commission européenne craint que les plateformes de Facebook et d’Instagram ne protègent pas suffisamment les enfants contre les contenus inappropriés, la publicité ciblée, le harcèlement en ligne et les risques liés à la vie privée. Elle s’inquiète également de l’impact négatif que ces plateformes peuvent avoir sur la santé mentale et le bien-être des enfants, notamment en favorisant la dépendance aux écrans et en exposant les jeunes à des contenus violents ou préjudiciables.

Personnes citées

Personnes physiques ou morales citées dans cette actualité.

  • Commission européenne: Organisme politique de l’Union européenne chargé de la mise en œuvre des politiques de l’UE et de la promotion de l’intérêt général.
  • Meta: Société propriétaire des réseaux sociaux Facebook et Instagram, visée par l’enquête de la Commission européenne.
  • Margrethe Vestager: Vice-présidente exécutive de la Commission européenne chargée de la politique numérique, défendant la protection des mineurs sur les réseaux sociaux.

Articles relatifs

Vous avez aimé cet article ? Continuez votre lecture !

Notez cet article de 1 à 5 étoile(s).

Note moyenne 0 sur 5. Nombre de notes enregistrées : 0 !

Aucune note pour le moment. Soyez le 1er à noter cette page :)

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *