Les devises restent stables, sauf pour le yen qui baisse de 1% à 146,4 $.

0
(0)
Le marché des changes a connu peu de mouvements le lundi, à 24 ou 48 heures des réunions importantes des principales banques centrales mondiales. En effet, la Réserve fédérale américaine (FOMC) devait se réunir les 12 et 13 décembre, suivie par la Banque centrale européenne (BCE) le 14 décembre et la Banque d’Angleterre le jeudi. Les parités Euro/Dollar, Livre Sterling/Dollar et Dollar/Franc Suisse ont peu varié, avec des fluctuations inférieures à 0,1%, mais l’indice du dollar a clôturé la journée en hausse de +0,1% à 104,1. Cette augmentation s’explique en grande partie par la forte baisse du yen japonais, qui a chuté de -1% à 146,4.

Les principales banques centrales ont récemment mis fin à leur cycle de hausse des taux d’intérêt, adoptant une approche plus accommodante pour soutenir l’économie. Cependant, cette politique semble ne pas suffire aux yeux des investisseurs, qui anticipent désormais des baisses de taux rapides. Ils sont convaincus que les présidents de la Réserve fédérale américaine, M. Jerome Powell, et de la Banque centrale européenne, Mme Christine Lagarde, seront les “alliés infaillibles des marchés”.

La conviction que la BCE surpassera la FED a entraîné une forte baisse de l’euro au cours des 10 derniers jours, passant de 1,1015 (le 28 novembre) à 1,0760 le lundi. Cette tendance à la baisse de l’euro s’explique par les attentes des investisseurs quant à une politique monétaire plus accommodante de la part de la BCE.

Au cours de cette séance, aucun chiffre significatif n’a été publié sur le marché des changes (FOREX), ce qui a contribué au comportement linéaire de la plupart des paires de devises. Les investisseurs restent attentifs aux annonces des banques centrales et aux évolutions des taux d’intérêt, qui continueront d’influencer les marchés financiers dans les jours à venir.


Notez cet article de 1 à 5 étoile(s).

Note moyenne 0 sur 5. Nombre de notes enregistrées : 0 !

Aucune note pour le moment. Soyez le 1er à noter cette page :)

En savoir plus sur cette actualité ?

Questions les plus fréquemment posées sur cette actualité.

Quels sont les mouvements prévus lors des réunions de la Réserve fédérale américaine, de la Banque centrale européenne et de la Banque d’Angleterre les 12, 13 et 14 décembre ?

Il est difficile de prédire avec certitude les mouvements prévus lors des réunions de la Réserve fédérale américaine, de la Banque centrale européenne et de la Banque d’Angleterre les 12, 13 et 14 décembre, car ces décisions dépendent de nombreux facteurs économiques et politiques en constante évolution. Cependant, il est possible que ces banques centrales prennent des décisions concernant les taux d’intérêt, les politiques monétaires et d’autres mesures pour soutenir l’économie dans le contexte de la pandémie de COVID-19 et de l’incertitude économique mondiale. Il est recommandé de suivre de près les actualités économiques et financières pour rester informé des décisions prises par ces institutions.

Pourquoi les parités E/$, £/$ et $/CHF ont peu varié avant les réunions des banques centrales ?

Les parités E/$, £/$ et $/CHF ont peu varié avant les réunions des banques centrales car les investisseurs et les marchés financiers anticipent souvent les décisions de politique monétaire de ces institutions. Avant les réunions des banques centrales, les marchés peuvent adopter une attitude d’attente et de prudence, ce qui peut limiter les mouvements importants des taux de change.

De plus, les banques centrales communiquent généralement de manière transparente sur leurs intentions en matière de politique monétaire, ce qui permet aux marchés de se préparer et d’anticiper les décisions à venir. Cette communication proactive peut contribuer à maintenir la stabilité des taux de change avant les réunions des banques centrales.

Enfin, les marchés peuvent également réagir aux données économiques et aux événements géopolitiques qui peuvent influencer les taux de change. Si ces facteurs ne sont pas significativement perturbateurs, les parités des devises peuvent rester relativement stables avant les réunions des banques centrales.

Quelles sont les conséquences de la forte baisse du yen sur l’indice du dollar ?

La forte baisse du yen peut avoir plusieurs conséquences sur l’indice du dollar, notamment :

1. Renforcement du dollar : Une baisse du yen par rapport au dollar signifie que le dollar devient plus fort par rapport au yen. Cela peut entraîner une augmentation de la valeur de l’indice du dollar, qui mesure la valeur du dollar par rapport à un panier de devises étrangères.

2. Augmentation des exportations américaines : Un dollar fort par rapport au yen rend les produits américains moins chers pour les consommateurs japonais, ce qui peut stimuler les exportations américaines vers le Japon. Cela peut avoir un impact positif sur l’économie américaine et contribuer à une augmentation de l’indice du dollar.

3. Réduction de la compétitivité des exportations japonaises : Une baisse du yen peut rendre les produits japonais plus chers pour les consommateurs étrangers, ce qui peut réduire la compétitivité des exportations japonaises sur les marchés internationaux. Cela peut avoir un impact négatif sur l’économie japonaise et contribuer à une augmentation de l’indice du dollar.

En résumé, la forte baisse du yen peut avoir un impact significatif sur l’indice du dollar en renforçant le dollar, en stimulant les exportations américaines et en réduisant la compétitivité des exportations japonaises.

Pourquoi les investisseurs anticipent-ils des baisses de taux rapides malgré l’approche accommodante des banques centrales ?

Les investisseurs anticipent des baisses de taux rapides malgré l’approche accommodante des banques centrales pour plusieurs raisons :

1. Anticipation d’une récession : Les investisseurs peuvent anticiper une baisse rapide des taux d’intérêt en raison de signes avant-coureurs d’une récession économique imminente. Dans ce cas, les banques centrales pourraient être contraintes de baisser les taux pour stimuler l’économie et éviter une crise plus importante.

2. Inquiétudes concernant la croissance économique : Les investisseurs peuvent craindre une croissance économique plus faible que prévu, ce qui pourrait pousser les banques centrales à abaisser les taux d’intérêt pour soutenir l’activité économique.

3. Pressions inflationnistes faibles : Si l’inflation reste faible malgré les mesures de relance monétaire mises en place par les banques centrales, les investisseurs peuvent s’attendre à ce que les taux d’intérêt restent bas ou baissent encore davantage.

4. Attentes de politiques monétaires plus agressives : Les investisseurs peuvent anticiper des politiques monétaires encore plus accommodantes de la part des banques centrales, ce qui pourrait se traduire par des baisses rapides des taux d’intérêt.

En résumé, les investisseurs anticipent des baisses de taux rapides malgré l’approche accommodante des banques centrales en raison des incertitudes économiques et des attentes de politiques monétaires plus agressives pour soutenir l’économie.

Pourquoi la conviction que la BCE dépassera la FED a entraîné une forte baisse de l’euro ces derniers jours ?

La conviction que la Banque centrale européenne (BCE) dépassera la Réserve fédérale (FED) dans ses mesures de soutien à l’économie a entraîné une forte baisse de l’euro ces derniers jours pour plusieurs raisons. Tout d’abord, cela peut être interprété comme un signe de faiblesse de l’économie européenne par rapport à l’économie américaine, ce qui peut entraîner une baisse de la confiance des investisseurs dans la monnaie européenne. De plus, des mesures de soutien plus agressives de la part de la BCE peuvent également entraîner une augmentation de l’offre de monnaie en euros, ce qui peut conduire à une dépréciation de la monnaie. Enfin, une politique monétaire plus accommodante de la part de la BCE peut également entraîner une baisse des rendements des actifs libellés en euros, ce qui peut rendre la monnaie moins attractive pour les investisseurs.

Personnes citées

Personnes physiques ou morales citées dans cette actualité.

  • Réserve fédérale américaine (FOMC): La Réserve fédérale américaine est la banque centrale des États-Unis. Elle est chargée de mettre en œuvre la politique monétaire du pays.
  • Banque centrale européenne (BCE): La Banque centrale européenne est l’institution monétaire de l’Union européenne chargée de définir et de mettre en œuvre la politique monétaire de la zone euro.
  • Banque d’Angleterre: La Banque d’Angleterre est la banque centrale du Royaume-Uni. Elle est responsable de la régulation et de la stabilité financière du pays.
  • Jerome Powell: Jerome Powell est le président de la Réserve fédérale américaine. Il est chargé de diriger l’institution et de prendre les décisions relatives à la politique monétaire.
  • Christine Lagarde: Christine Lagarde est la présidente de la Banque centrale européenne. Elle est responsable de définir la politique monétaire de la zone euro.

Articles relatifs

Vous avez aimé cet article ? Continuez votre lecture !

Notez cet article de 1 à 5 étoile(s).

Note moyenne 0 sur 5. Nombre de notes enregistrées : 0 !

Aucune note pour le moment. Soyez le 1er à noter cette page :)

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *